Posted on 07 décembre 2014 By Edmond In Essais Auto

La plus radicale des 458 est en concession et nous l'avons essayé pour vous.

 

Ferrari propose la 458 Spéciale, plus radicale encore. Fille spirituelle des 360 Challenge Stradale et 430 Scuderia, la Spéciale arbore comme elles la bande centrale blanche et bleue désignant la sportivité qui se cache sous sa robe.

Nous avons eu la chance de pouvoir monter dans la bête avec à son volant Rémy Langlois, Responsable commercial chez Charles Pozzi, pour un test sur route grandeur nature afin que nous puissions prendre le pouls de cette fabuleuse GT avec son plein de sensation.

Le temps gris et froid impose la prudence à son volant mais la sonorité de son V8 enchante nos oreilles. Le V8 4.5 développe désormais 605 cv à 9 000 tr/min, soit une puissance spécifique record pour un bloc atmo de 134 cv/l (avant l’arrivée du turbo).

De plus, le poids total baisse de 90 kg (1 395 kg à sec), grâce à des éléments de carrosserie en fibre de carbone, un vitrage aminci, un capot en plexi, de nouveaux freins en carbone-céramique, des jantes forgées et un cockpit épuré en carbone.

Notons aussi les amortisseurs magnétiques spécifiques, les ressorts durcis et la nouvelle barre antiroulis. La gestion des changements de rapport a été redéfinie, pour une réactivité encore meilleure. L’aérodynamique active est elle aussi inédite : elle réduit la traînée avec l’augmentation de la vitesse.

Pas étonnant que Ferrari présente la Spéciale comme une vraie nouveauté plus que comme une simple version de la 458. Mieux, le système SSC (contrôle d’angle de dérive) permet au conducteur, quel que soit son niveau, de chercher les limites de la voiture mais sans jamais la perdre. En clair, elle autorise des angles de dérive intéressants qu’elle rattrape d’elle-même  et aujourd’hui nous avons pût nous en rendre compte sur les routes froides et grasses du Val d’Oise.

Plus ferme, l’amortissement n’est pas  comme on pourrait le croire inconfortable pour autant, au contraire il s’allie merveilleusement à une direction plus lourde mais aussi plus précise que sur la 458 Italia, avec des freins plus incisifs  et une boîte à double embrayage moins brutale.

La Spéciale ne se révèle donc pas seulement plus sportive, rapide et sonore, elle s’avère aussi esthétiquement très belle, homogène et surtout avec un  niveau sonore à bord  plus élevé que dans l’Italia, ce qui ne manquera pas de générer la passion à son volant, avec des envolées de décibels surprenantes en mode ‘Race’.

Je m’attendais à  quelque chose de très brutal à bord mais son moteur combine couple très important à mi-régime et rage époustouflante en haut du compte-tours. La Spéciale est une auto très, très véloce mais paradoxalement aussi très docile dès que l’on lâche un peu les tours.

La Spéciale s’équipe exclusivement de pneus Michelin Pilote Cup 2, très efficace sur notre route de test pourtant difficile, glissante et jonchée de feuilles mortes. Son adhérence confine à l’incroyable et la direction plus consistante que celle de l’Italia facilite bien les choses, car en outre, elle permet une lecture plus précise de la surface de la route et des réserves d’adhérence des gommes.

Quant au système SSC,  Il permet de rouler très, très fort tout en demeurant insensible dans ses actions à 99 % du temps ce qui est proche de l’irrationnel pour une GT.  235 807 €, c’est le prix de cette Spéciale, un peu plus cher que la McLaren MP4-12C mais elle délivre des sensations justifiant aisément  ce tarif tant le plaisir intense qu’elle procure est rare et violent. Merci encore à la maison Pozzi  pour ce galop d’ essai passion .

ESPACE PUB DISPONIBLE NOUS CONSULTER